Sélectionner une page

Pottoka est le nom en langue basque de ce cheval, tant au nord qu’au sud des montagnes. En haut navarrais, potto et pottoka sont des termes génériques pour les poulains et les jeunes chevaux, tandis qu’en lapon et en bas navarrais, la signification de pottoka est « poney ». En fin de compte, le nom est lié à des mots tels que pottolo « potelé, grassouillet ».

Dans les sources françaises, l’orthographe Pottok prédomine. En anglais, on rencontre aussi bien Pottoka que Pottok, mais le terme Basque Poney peut aussi être rencontré occasionnellement.

Origines

De nombreuses opinions existent sur les origines du Pottok. La communauté scientifique estime qu’il vit dans la région depuis au moins plusieurs milliers d’années. Il présente des signes d’isolement génétique et est génétiquement le plus proche de races comme l’Asturcón, le Losino, le Galicien, le Landais et le Monchino. Des tests ont révélé des différences génétiques considérables entre les populations du Pays basque nord et du Pays basque sud, ce qui a conduit certains à les considérer comme des races distinctes.

Certains affirment que les origines du poney Pottok proviennent des chevaux représentés sur les anciennes peintures rupestres de la région et prétendent ainsi descendre des chevaux magdaléniens de 14 000 à 7 000a ans avant Jésus-Christ. D’autres relient ses origines à un afflux de chevaux pendant l’âge du bronze. Toutefois, aucune de ces théories n’a été vérifiée scientifiquement à ce jour.

Des recherches génétiques menées par le département de génétique, d’anthropologie physique et de physiologie animale de l’Université du Pays basque sur différents marqueurs génétiques parmi les 4 races de chevaux indigènes du Pays basque ont examiné leur relation avec d’autres chevaux. Sur la base des tests microsatellites, parmi les quatre races de chevaux basques, le Pottok et le Cheval de montagne basque sont génétiquement les plus éloignés des autres races. Les autres, le cheval Burguete et le Jaca Navarra (aujourd’hui considérés comme des races à viande), le sont moins.

Cette variabilité chez le Pottok et le Cheval de Montagne Basque semble être liée au fait que les mâles s’accouplent plus largement et avec plus de femelles dans ces troupeaux sauvages ou semi-fermes. La recherche d’un polymorphisme mononucléotidique connu a montré que cette alternance non indigène est très rare chez les Pottoks de race pure. Des tests de l’ADN mitochondrial ont révélé que les Pottoks sont plus susceptibles de se croiser avec les chevaux de montagne basques, et moins avec d’autres races. Bien que certains marqueurs génétiques d’autres races de chevaux européens aient été trouvés, la distance génétique avec les autres races européennes est globalement importante. Il est intéressant de noter qu’un marqueur qui n’était auparavant présent que dans certaines races britanniques a également été trouvé chez les Pottoks.

Habitat du poney Pottock

Son aire de répartition traditionnelle s’étend à l’ouest jusqu’aux Encartaciones de Biscaye et à l’est jusqu’à la région de Saint-Jean-le-Vieux. Un recensement effectué en 1970 a révélé la présence d’environ 3 500 Pottoks de race pure au nord des Pyrénées et d’environ 2 000 Pottoks de race pure au sud, une baisse considérable par rapport aux populations historiques, liée à une baisse générale du nombre de chevaux élevés et utilisés à des fins commerciales. La concurrence des moutons et, plus récemment, de la sylviculture commerciale a également empiété sur l’habitat naturel du Pottok.

Le noyau traditionnel de l’habitat est constitué par les montagnes du Labourd et de Navarre à partir d’environ 1.500m, généralement sur des sols acides pauvres et des formations calcaires.
Caractéristiques

Le Pottok mesure de 1,15 à 1,47 mètres (11,1 à 14,2 mains) et pèse entre 300 et 350 kilogrammes (661 à 772 lb). Il a une grosse tête carrée, de petites oreilles, un cou court et un long dos, des pattes courtes mais fines et des sabots petits et robustes.

La fourrure d’hiver (borra) est l’une des principales caractéristiques du Pottok et peut atteindre jusqu’à 10 centimètres (3,9 in) de longueur sur les jeunes chevaux. Les archétypes de la coloration de la robe sont dans la gamme bai sans motif, mais aujourd’hui, diverses nuances de brun et de noir existent dans les troupeaux de Pottok. Les pintos Pottok sont apparus en Biscaye dans les années 1850 et se sont répandus depuis dans certaines régions de Navarre et du Labourd.

Il existe des différences notables entre les troupeaux de montagne de Pottok et les troupeaux de vallée ou de plaine, les chevaux de montagne étant généralement plus petits. Le standard officiel de la race française distingue deux types, le Pottok de Montagne, dont la taille varie entre 1,15 et 1,32 m (11,1-13,0 h), et le Pottok de Prairie, plus grand, dont la taille varie entre 1,20 et 1,47 m (11,3-14,2 h).